jeudi 17 mai 2012

Mes rêves...

Des rêves, j’en ai trop
Et le temps m’est compté…

* * *

Mes rêves

Il y a des rêves qui se sont estompés,
À force de moins rêver, à force de travailler.

Le passage du temps les a usés,
Le manque d’occasion les a évincés.

Mes pauvres rêves sont heurtés au mépris,
Contre le mur du silence aussi.

Ils se sont brisés par absence de temps,
Par marque d’engagement.

Mais il y a des rêves qui se sont réalisés
Par la force de la volonté et de la ténacité.

Ils se sont soulevés contre l’indifférence.
Ils ont su braver la résistance.

Ils ont vu le jour progressivement
Croyant avec conviction à leur achèvement.

Et tous ces rêves accomplis,
Jours et nuits me tiennent compagnie.

Quand je regarde l’eau paisible,
Une eau calme, impassible,

Je repense à mes défis,
À mes peurs aussi.

Qu’au fond le danger ne vient pas d’ailleurs
Mais bien de l’intérieur.

Et qu’à force de craindre le pire,
On brise nos rêves d’avenir.

Je regarde l’eau calme et paisible,
Rien ne s’agite, plus rien ne m’effraie.

[Jocelyne Gagné alias Mésange, 17 mai 2012]

[Photographie réalisée par A. Gagné - Été 2011]

12 commentaires:

  1. On n'a jamais trop de rêves!et les rêves inachevés sont ceux qui nous poussent à avancer encore et toujours plus loin..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Malyss, merci pour ce réconfort! C’est bon de savoir que la modération ne s’applique pas pour les rêves: quand on rêve il n’y a pas de place pour les «trop de».

      Et puis, les rêves, on peut toujours les caresser, les lustrer jusqu’à leur pleine brillance et surtout les suspendre haut dans le ciel pour « ne pas les perdre de vue ».

      L’important comme vous dites, n’est pas de tous les réaliser car ce sont ceux qui demeurent en suspend qui nous poussent en avant!

      En gros, le nombre importe peu… seul le bienfait qu’ils apportent compte!

      Je reprends donc...
      «Des rêves, j'en ai...
      Du temps, ça dépend!»

      Merci encore et bon week-end!

      Supprimer
  2. Votre poème résume fort bien tout ce qui arrive à nombre d'entre nous et l'image du magnifique paysage qui l'illustre me font penser à l'immensité de l'espoir qui s'offre à ceux qui savent rêver. Merci, Mésange!
    Bon weekend!
    Anne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Anne, j’aime vos mots « l’immensité de l’espoir » - l’infini contenu dans un cœur qui croit, qui aime, qui s’abandonne… Une eau tranquille n’est-ce pas ce que l’on recherche quand le tumulte est trop grand à l’intérieur? N’est-ce pas un peu d’espoir en quelque chose de meilleur, de plus serein, de plus doux, de plus merveilleux? Le rêve revêt une forme d’espoir qui se désespère si on l’abandonne et qui renaît si on le nourrit. Encore une fois chère Anne, vos propos sont plein de sagesse. L’espoir et le rêve, deux inséparables…

      Merci de votre charmante visite et doux week-end sous le soleil! Bises.

      Supprimer
  3. Les savoureux moments où rêve et réalité se confondent en un tout harmonieux...que du bonheur !
    Excellent week-end...
    Michèle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Michèle, je suis ravie de votre visite! Bienvenue!
      Je vous donne raison – parfois le rêve ressemble en tout point à la réalité et vice versa, rendant le tout aussi confus qu’une eau trouble. Qu’est-ce qui est réel, qu’est-ce qui ne l’est pas? Il y a autant de réalités que d’individus, autant de rêves aussi…

      Comme l’eau d’un lac tranquille emprunte sa couleur au ciel, le ciel aussi s’inspire du lac et se calme…

      Merci d’être passée! Au fait, votre blogue est fantastique! « Que du bonheur »!

      Bon week-end!

      Supprimer
  4. Ce matin, chez moi, le ciel était comme celui qu'on voit sur la photo. C'était beau. A la fois du soleil, des nuages saupoudrés partout, et du ciel quand même.
    Bon week end.

    RépondreSupprimer
  5. Chère Bonheur du Jour, les ciels colorés, quoique éphémères, offrent les plus beaux spectacles. De plus, ils sont gratuits et à la portée de tous. C'est merveilleux!

    Est-ce qu'à la nuit tombée la voûte céleste sera "saupoudrée" d'étoiles dans votre coin de pays? Je vous le souhaite.

    Merci d'être passée xxoo

    RépondreSupprimer
  6. Oui, Mésange notre vie est parsemée de rêves ,

    Aboutis ou pas, rêves accomplis ou brisés , ces rêves m'ont fait ce que je suis et comme tu le dis :"ils me tiennent compagnie"...tu sais je crois qu'ils m'ont bien souvent empêchée de me dessecher comme une terre sans eau
    Commeje suis d'accord avec toi pour dire que" le danger ne vient pas d’ailleurs Mais bien de l’intérieur."
    avoir peur c'est un frein à oser, à croire en nos rêves
    Voilà tite Mésange ...je vais ratrapper mon retard et je viendrais te lire tranquillement ces jours-ci

    Bisous et belle journée tite Mésange

    Fichu temps s'il pouvait ralentir un tout petit peu ..y'a tant de rêves encore à vivre :-)
    J'ai beucoup aimé ton poème
    tien sje m'en vais le relire :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Lysie, comme j’aime ce que tu as écris : des rêves qui nous abreuvent et qui nous empêchent de nous dessécher - des rêves qui nous gardent en vie au lieu de nous faire mourir lentement. Comme c'est beau!

      J'arrive à croire que les rêves et l’absence de rêves nous modèlent comme de l’argile. Parfois le résultat sera solide, d’autres fois, friable et fragile… En moi, il y a un peu des deux...

      Je sais que tu veux courir après le temps, rattraper les minutes qui t’ont échappées quand tu avais la tête et le cœur ailleurs, mais tu n’a rien à rattraper… Les mots voyagent, chère Lysie. Donc, ne bouge pas et tu verras, ils te reviendront!

      Au fait, le temps « ne passe pas »… c’est nous qui passons! Alors, rien ne sert de courir ma douce amie -laisse le temps au soleil de te forger une ombre…

      Bisous tout plein xxxooo

      Supprimer
  7. Au sujet des Rêves, Mésange, Georges Duby disait : " La trace d’un rêve n’est pas moins réelle que celle d’un pas. »

    Et le grandJen Cocteau :"

    « Plus je vieillis, plus je vois que ce qui ne s'évanouit pas, ce sont les rêves. »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci!!! Voilà de belles citations à ajouter dans mon carnet!

      Dans les deux cas... les rêves sont loin d'être vaporeux, évanescents, insaisissables... ils sont durables tant que le coeur bat, tant que l'esprit les façonne, tant que les yeux peuvent encore les voir...

      Merci infiniment Lysie xxxooo

      Supprimer

Pourquoi garder le silence si vos mots peuvent construire, embellir et aussi changer le monde? Exprimez-vous!

Vous aimerez peut-être:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...