lundi 28 janvier 2013

4e lundi de janvier 2013



[Photographie réalisée par Robert Lemire]
Café du matin
Stop, think, act!

Il m’arrive de travailler le dimanche. Loin d’être une habitude, cela me permet de me débarrasser de certaines tâches qui m’empêcheraient d’aborder la semaine en douceur. Je déteste me précipiter dès le réveil pour régler des urgences, d’où l’importance d’anticiper les problèmes avant qu’ils ne surgissent car une fois arrivés, il est beaucoup plus difficile de m’en extraire!
Malgré la charge de travail considérable et le peu de temps que j’avais devant moi, je suis satisfaite des résultats. Je vais donc pouvoir entamer ma semaine en toute quiétude.
 
Étrangement ce matin, je n’ai pas l’esprit tranquille. J’ai la nette impression d’avoir oublié quelque chose. Pourtant, j’ai nourri le chat, sorti les ordures, préparé le petit déjeuner, ingurgité mon café, consulté ma liste de choses à faire ainsi que mon  emploi du temps. J’ai beau faire le tour, je ne vois pas ce que j’aurais pu oublier. Certes, j’avais omis d’accorder un peu de temps à mes loisirs mais je comptais corriger la situation dans les jours prochains. Mais alors pourquoi cette sensation désagréable? Qu’est-ce que j’avais négligé de si important? Ah! ça me revient maintenant:
 
J’avais oublié de me réserver du temps pour penser…
 
La plupart du temps, ma liste de choses à faire est très longue. Par conséquent, je dois souvent la réviser pour modifier l’ordre des priorités ou leur degré d’importance. Sans elle, bien des choses resteraient en suspend. Cependant, si je ne m’accorde pas de temps pour la réflexion, je vais gaspiller mes précieuses minutes et mes efforts inutilement. Et quand les réserves d’énergie sont au plus bas, vaut mieux réfléchir avant qu’après!
 
C’est pourquoi, la réflexion devrait occuper une place importante dans notre quotidien. Malheureusement, on l’écarte d’emblée en se disant qu’on a plus important à faire dans l’immédiat. C’est faux! Avant de livrer une bataille, un général réfléchit à une stratégie; avant de lancer un nouveau produit, un entrepreneur examine les besoins de ses éventuels clients; avant de grimper sur le ring, le boxeur analyse les forces et les faiblesses de son adversaire; avant de monter sur scène, l’orateur pense aux mots qui sauront convaincre son auditoire, etc.  Si on ne s’accorde aucune période de temps à l’élaboration d’objectifs, à la recherche d’idées, au développement de nouveaux systèmes, à l’examen de solutions novatrices, à la mise en place de projets intéressants et si on ne réfléchit pas au comment ni au pourquoi des choses qui nous tiennent à cœur, comment pourrait-on les voir un jour se réaliser, et ce, de la façon dont on souhaite qu’elles se réalisent?
C’est en toute tranquillité que je vais accueillir mon lundi car j’ai enfin trouvé ce qui me manquait. Installée à mon poste de travail, enveloppée par la douce lumière du matin, je vais prendre le temps de réfléchir à mes nouveaux objectifs, ceux que j’avais élaborés avant les Fêtes et qui avaient été délaissés. Ma tasse de café se videra au même rythme que les idées se coucheront sur le papier. Et de la réflexion suivra sans tarder une action beaucoup mieux adaptée exigeant un moindre effort.
En ce début de semaine, trouvez-vous un endroit pour réfléchir dans le calme, choisissez aussi le moment où votre cerveau est complètement réveillé, prêt à fonctionner et faites-le travailler. Vous ne serez pas déçus des résultats!
 
« La pensée qui ne conduit pas à l’action ne vaut pas grand-chose, et l’action qui ne procède pas de la pensée ne vaut rien du tout. » — Georges Bernanos
Bonne semaine tout le monde!
 
Mésange

[Derrière les liens hypertextes, d'autres lectures vous attendent!]

Marcus Aurelius Quote

"Adapt yourself to the life you have been given; and truly love the people with whom destiny has surrounded you." [Marcus Aurelius]

Citation d'Antoine de Saint-Exupéry

«Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible.» [Antoine de Saint-Exupéry]

mardi 22 janvier 2013

Les yeux de l'amour...


"L’éternité ce n’est pas long
quand je te regarde…"


[Photographie réalisée par Guy Fontaine - Québec 2011]
[Mésange et petit Max]

Mésange

Décembre et janvier en photo!

Enfin les photographies
de décembre et janvier! 
Un simple clic suffit!

lundi 21 janvier 2013

Henry Miller Quote

"Every man has his own destiny; the only imperative is to follow it, to accept it, no matter where it leads him." [Henry Miller­]

Citation de Yann Martel

« Choisir le doute comme philosophie de vie c’est comme choisir l’immobilité comme mode de transport. » [Yann Martel]

3e lundi de janvier 2013


[Photographie tirée de Dreamstime]
Café du matin

Ce matin, j’ai eu la bonne idée d’enfiler un pantalon que j’affectionne tout particulièrement. De coupe standard, ajusté à la taille et ample au niveau des jambes, il est des plus confortables. J’ai pris quelques minutes pour regarder la précision de la confection. Certes, certaines lignes de couture (moins apparentes) présentaient de faibles ondulations, mais dans l’ensemble c’était du beau travail que je pouvais porter avec fierté car après tout c’était ma création! Ce vêtement m’a ramenée des années en arrière, du temps où la machine à coudre servait de musique de fond dans la maison. Voyez-vous, ma mère était très habile; elle maniait les ciseaux, l’aiguille et la machine à coudre avec précision et savoir-faire. Entre ses mains, un simple bout de tissu devenait vite un magnifique vêtement! J’enviais ma mère. Ses coutures étaient toujours bien droites et le point régulier.
 
 
À l’inverse, j’essayais tant bien que mal à faire une couture droite, arrêtant à tout instant l’engin pour juger des résultats qui étaient, ma foi, fort misérables. Et je décousais l’ouvrage pour ensuite remettre le tout sous le pied de biche. Je reprenais ma besogne sans oublier d’échapper quelques soupirs de découragement. Et je pouvais répéter ce scénario jusqu’à ce que le tissu se dégrade à un point tel que je ne puisse plus rien faire de bon. Un autre soupir, plus gros celui-là, obligeait ma mère à délaisser ses tâches pour constater de visu l’étendue des dégâts : le tissu était irrécupérable, tout comme mon moral d’ailleurs.

Choisissant avec soin ses mots, ma mère me suggéra d’accepter les imperfections, les maladresses de mon inexpérience en continuant à coudre même si ma couture partait de travers, ondulait à certains endroits et se terminait de la même manière qu’au départ. « À force de coudre, me dit-elle, on devient bon. Mais si tu passes plus de temps à découdre qu’à coudre, tu n’auras rien produit d’intéressant et au final tu n’auras rien appris!  Accepte ton manque d’expérience et persévère. Tu verras, l’habileté, la confiance et le plaisir seront bientôt au rendez-vous. »

En règle générale, nous voulons tous de belles lignes droites dans notre vie, des lignes pour lesquelles nous voulons être fiers, mais nos tentatives sont loin d’être rectilignes car nous manquons d’expérience. Chaque situation est nouvelle puisque nous n’avons jamais rien vécu de semblable auparavant. Et dès que ça ondule un peu, nous voulons tout recommencer, découdre cette vilaine couture, la reprendre et ainsi de suite. Essayons plutôt de faire de notre mieux avec l’habileté qui nous fait défaut, acceptons quelques variations dans notre couture et rendons-nous jusqu’au bout d’une idée, d’un projet, d’une relation, juste pour le plaisir de voir jusqu’où ça peut nous mener…

Aujourd’hui encore, il m’arrive de rêver de lignes bien droites mais je songe plus souvent à des lignes qui ont un commencement et une fin. Les irrégularités entre les deux ne sont que l’expression de ma créativité et du désir de faire de mon mieux.

En prenant votre café ce matin, songez à toute les fois où vous avez recommencé au lieu d’avancer et ainsi prendre de l’expérience et de la maturité. Ensuite, pensez à toutes ces occasions où vous avez renoncé en vous disant que vous n’y arriveriez pas, que vous n’êtes pas assez bons. Finalement, demandez-vous avec honnêteté si vous recommencez ou renoncez, est-ce par manque de courage ou par manque de vision

Mésange

[Derrière les liens hypertextes, d'autres lectures vous attendent!]

jeudi 17 janvier 2013

Visibilité réduite...

Pourquoi garder nos phares allumés en plein jour 
Puisque nous voyons très bien où nous allons? 
Parce qu’il n’en est pas toujours ainsi! 

Le brouillard peut se lever, 
L’orage peut éclater, 
Le vent peut soulever la neige 
Et ainsi rendre toute visibilité presque nulle. 

[Photographie réalisée par Jocelyne Gagné, New York - oct. 2012]

Mais si nous ne voyons rien 
À quoi nous serviront les phares? 
À nous aider à voir au-delà de l’obstacle, 
À être vus si nous sommes perdus. 

 La vie peut nous surprendre de bien des manières, 
Et ce, de jour comme de nuit. 
En gardant nos « lumières » allumées, 
Nous pourrons discerner notre chemin, sinon quelques repères. 
Et même si tout semble obscur, opaque ou brouillé devant nous, 
Et que nous ne voyons vraiment plus rien, 
Il y a toujours l’espoir 
Que quelqu’un, quelque part, voie notre détresse 
Et vienne nous porter secours. 

Mésange


[Derrière les liens hypertextes, d'autres lectures vous attendent!]

lundi 14 janvier 2013

Citation de Henri Moore

«Le secret de la vie est d'avoir une mission, une chose à laquelle vous donnez tout... Et le plus important, c'est que ce soit une chose totalement hors de portée.» [Henri Moore]

Oscar Wilde Quote

"There are only two tragedies in life: one is not getting what one wants, and the other is getting it." [Oscar Wilde]

2e lundi de janvier 2013

[Photographie réalisée par Robert Lemire]
Café du matin
Doing good things 
  for the wrong reason.
 
Me revoilà… enfin! Les vacances ont ce réel pouvoir de faire grimper en flèche le moral, le dynamisme et la vitalité, et j’espère qu’il en a été de même pour vous. On commence l’année du bon pied, pas autrement! 
 
Durant la période des Fêtes mais surtout après le passage du Nouvel An, j’ai eu grand plaisir à écouter les résolutions de tous et chacun. Certaines d’entre elles étaient plutôt originales mais dans l’ensemble ça tournait autour du désir d’affiner cette taille qui s’était alourdie par les excès de table. Nul ne parlait de bonne forme physique ni de bien-être en général, seulement des kilos à perdre… 

Faire de l’exercice pour des raisons pondérales ou d’apparence. 
 
Si votre intention est de faire de l’exercice, c’est merveilleux! Vous en retirerez des bienfaits tant pour le corps que pour l’esprit. Cependant, j’ai un brin d’inquiétude concernant l’intention qui se cache derrière toute activité de ce genre. Trop souvent, les gens s’inscrivent à un programme d’entraînement pour de mauvaises raisons telles que: « J’ai rencontré quelqu’un sur Internet et je veux être à mon avantage » ou encore « je veux être belle sur la plage cet été ». Mais attendez! Qu’en est-il du reste de l’année? On est moche et ça nous convient? Être belle et bien dans sa peau, c’est juste bon pour un événement, une saison ou pour enfiler la pair de jeans qu’on aimait tant? Pour ce genre de remodelage, j’ai une solution fort simple, quelques coups de varlope et le tour est joué; la bande de peau qui vous énervait, la voilà disparue, envolée! 
 
Pour être bien et se sentir bien, il faut penser autrement..
 
Oubliez pendant un instant votre ceinture abdominale et concentrez-vous plutôt sur votre condition physique en général. Comment vous sentez-vous? Êtes-vous bien, confortable, à l’aise dans ce corps? Est-ce que l’air et le sang y circulent librement? Est-ce que votre motricité se fait sans heurt? Si la réponse est négative pour l’une ou plusieurs de ces questions, qu’avez-vous l’intention de faire pour y remédier? Choisirez-vous de perdre du poids uniquement pour pouvoir enfiler ce joli maillot ou déciderez-vous une bonne fois pour toutes d’investir dans une bonne cause c’est-à-dire votre bien-être. Avoir une bonne condition physique c’est plus qu’être bien dans sa peau, c’est opter pour une santé à long terme et ainsi être capable de profiter du bon fonctionnement de son corps le plus longtemps possible. 
 
Nous sommes des êtres vivants, bâtis pour agir, constitués pour bouger, suffisamment développés mentalement pour savoir comment prendre soin de nous-mêmes, alors agissons comme tel. 
 
En savourant votre délicieux café du matin, réfléchissez aux résolutions que vous avez prises pour l’année 2013 et demandez-vous quelles sont les véritables raisons qui vous ont poussés à prendre ces décisions. N’oubliez pas, une intention qu’on ne maintient pas ne vaut pas plus que paroles au vent! 
 
Bonne forme et bonne semaine tout le monde! 
 
Mésange

Vous aimerez peut-être:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...