lundi 4 novembre 2013

Composer avec les imprévus

Comme quoi tout peut arriver même l’inimaginable! 


En ce beau lundi, permettez-moi de vous raconter ma petite aventure. Vendredi dernier, j’ai fait une présentation à Sherbrooke (accompagnée de ma bonne amie), et ce, devant un petit groupe d’infirmières. C’était une journée de pluie et de grands vents. Le trajet fut pénible car les bourrasques rendaient la conduite périlleuse. Arrivées sur les lieux deux heures et demi plus tard, l’éclairage commençait à montrer des signes de faiblesse quand soudain, nous fûmes plongées dans le noir au moment où j’allais démarrer ma présentation. La panne électrique semblait vouloir durer. Quelques bougies furent allumées offrant un faible éclairage, un minimum pour savoir où mettre les pieds mais totalement insuffisant pour voir les produits dont j’allais parler et pour pouvoir lire mes notes… 

Dame Nature venait de me déculotter royalement! 


J’ai fait malgré tout ce qui devait être fait. Je dois avouer que j’avais perdu d’un seul coup mes repères tel un conférencier qui s’adresse à un large auditoire et fait face à un blanc total. Les secondes, les minutes semblaient interminables comme si le temps venait de subir une expansion. Que faire? Peu de choses en fait. J’ai fait preuve d’humilité et j’ai avoué à tout le monde que je n’avais plus accès à mes repères (notes), que j’allais devoir improviser et que j’espérais l’indulgence de la part de toutes celles qui s’étaient déplacées pour venir m’écouter. Il serait faux de dire que tout est allé sur des roulettes par la suite, cependant la pression exercée sur mes tripes avait baissé d’un cran me permettant ainsi d’accomplir ce que je croyais impossible au départ.

Le bilan de cette soirée? 

1. Dorénavant je vais trimbaler des lampes de poche dans ma voiture. 
2. J'ai compris que des notes sur un IPad seront mieux appropriées peu importe la situation. 
3. En tout temps, il faut faire preuve de souplesse et s’adapter à la situation, à son auditoire et à ses propres limitations. 

Finalement, l’histoire ne dit pas si cette soirée va déboucher sur quelque chose mais une chose est sûre, j’y ai rencontré des femmes de cœur, des infirmières dévouées au bien-être de ceux qu’elles soignent jour après jour, des jeunes dames croyant fermement que leurs actions peuvent transformer positivement le séjour de leurs patients, des aides-médicales qui veulent bien faire leur travail dans un système engorgé et en manque de ressources. Ces cinq heures de route valaient la peine de les rencontrer. 

Le vent a diminué en intensité, la clarté est revenue à l’intérieur tout en laissant l’obscurité à l’extérieur et moi j’ai quitté les lieux non pas les mains vides car je venais d’apprendre une belle leçon de vie : le plus important est non pas la récolte mais les graines que l’on sème… 

Bonne et belle semaine tout le monde! 

Mésange

6 commentaires:

  1. Mésange, j'espère que vous avez ensuite pris un bon café ... En tout cas, la chaleur humaine est le plus efficace pour se remettre des émotions et l'enthousiasme de votre public aura compensé les désagréments du défaut d'électricité. De plus, vous serez maintenant parfaitement organisée pour donner une prochaine conférence. Je vous souhaite une semaine avec le retour du soleil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Anne, vous me connaissez fort bien. Oui, j'ai pris un bon café au retour et même s'il était très tard, je n'ai nullement craint de faire de l'insomnie, je suis tombée dans les bras de Morphée en quelques minutes; j'étais complètement vidée, mais contente d'avoir donné le meilleur de moi-même.

      Il y a des expériences qu'on n'oubliera jamais; ce sont celles-là qui nous font progresser!

      Je vous souhaite une formidable semaine et merci pour votre charmante visite!

      Supprimer
  2. je suis certaine qu'il en sorte du positif, devant une telle panne il ne peut y avoir que de l'indulgence et la manque d'électricité subitement montre à quel point nous en sommes dépendant !
    je te souhaite une bonne soirée Mésange et je bois mon café avec toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Josette, nous sommes dépendants de beaucoup de choses et tu as raison, sans l'électricité nous sommes totalement démunis. Cette expérience m'a appris beaucoup: quand on délaisse la tête un moment et qu'on laisse parler le coeur, ça ne peut que bien aller!

      Merci de ta chaleureuse compagnie... Le café avec toi fut un moment fort agréable! Bonne semaine Josette!

      Supprimer
  3. Chère Mésange...
    Ce qui au début était une périlleuse aventure a finalement débouchée sur une joyeuse découverte...
    Quand l'automatisme fait place à l'improvisation, il en ressort toujours un résultat surprenant et le plus souvent positif !
    J'en ai fait maintes fois l'expérience !!!
    Agréable journée en ton bel univers,
    Michèle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Michèle, durant mes cours de théâtre, l'improvisation était ma bête noire... Ma pensée n'était pas très organisée et ça donnait des résultats assez misérables. Avec les années, je me suis rendue compte que nous improvisons souvent; visite surprise pour le souper, changement d'itinéraire suite à des travaux sur la chaussée, réunion de dernière minute, etc. et tu as parfaitement raison, la solution de rechange est souvent préférable à l'originale! Je ne crois pas être douée pour l'improvisation, cependant je ne refuserai pas une expérience de ce genre parce que je n'ai pas ce talent, au contraire, c'est en forgeant que l'on devient forgeron!

      Merci charmante Michèle pour ces propos très sages... Je les conserve dans mon coeur.

      Chaleureuse semaine :-)

      Supprimer

Pourquoi garder le silence si vos mots peuvent construire, embellir et aussi changer le monde? Exprimez-vous!

Vous aimerez peut-être:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...