lundi 8 septembre 2014

Est-ce vraiment suffisant?

Quoi qu’on en pense, on n’aime jamais assez
- ce que l’on est,
- ce que l’on fait, 
- ce qui nous entoure, 
- ceux que nous côtoyons, 
- la vie en général. 

Mais qu’est-ce qui nous retient ainsi? Aurions-nous peur d’y laisser une part de nous-mêmes en osant aimer intensément? 

Lorsque le pommier abandonne ses fruits, il ne se dit pas : « Zut! je viens perdre une bonne partie de moi-même! Ça m’apprendra à laisser faire le vent. La prochaine fois, je retiens tous mes fruits. Ainsi, ils ne tomberont pas et ne seront pas meurtris par ce sol trop dur ou lancés par des enfants indisciplinés. » L’arbre a compris qu’en donnant tout ce qu’il possède, il fait preuve d’amour envers la vie; cette vie qui attend avec impatience ses fruits qui serviront soit de semences, soit d’engrais ou encore à remplir les ventres affamés et les réserves d’hiver. 

Il n’attend rien; il offre tout simplement de bon cœur, car le but ultime du pommier n’est-il pas de « donner » des pommes? 

L’arbre sage de nature ne se dit pas : « Si Dame nature m’offre du soleil et de la pluie en quantité raisonnable, je donnerai des fruits. Dans le cas contraire, je cesse de produire. » Eh bien non, il donne sans réserve même si la météo est déplorable, offrant peu d’ensoleillement et beaucoup trop de périodes de pluie. Ou l'inverse. Et il n’est pas le seul à être sage; le pomiculteur l’est aussi. Si la météo est capricieuse, il donnera tout ce qu’il a afin de pallier les insuffisances de la nature. Il le fera avec amour. Jamais il ne fera le décompte des heures passées à prodiguer des soins et des allées et venues dans son verger, pas plus que de l’argent investi en engrais, en insecticide, etc. Il ne comptera pas, car l’amour ne s’additionne pas ni ne se soustrait; pas plus qu'il ne se multiplie ni ne se divise. 

L’amour est tout simplement. 

On lui fait de la place ou on ne lui en fait pas. 

On le donne ou on le garde pour soi.

Alors qu’est-ce qui nous empêche d’aimer avec démesure ce que l’on est, ce que l’on fait, ceux qui croisent ou cheminent sur notre route? Qu’est-ce qui fait obstacle à l'envie d'aimer tout ce qui compose cette vie et tout ce qu’elle apporte dans son mouvement vers l’avant?

La peur. 

La peur de perdre ou d’avoir moins. La peur d’être blessé, rejeté ou mal aimé en retour. La peur de se tromper. La peur de voir notre investissement amoureux partir en fumée. La peur de se retrouver avec un grand vide à l’intérieur comme si, une fois donné, l’amour nous quittait pour de bon. 

Si le propre du pommier est de donner des pommes, le propre de l’humain est d’aimer, et ce, sans retenue, sans attendre les conditions optimales. En définitive, tout ce qu’on a à faire c’est d’aimer sans se poser de questions. Et au final, on sera aimé en retour par ceux qui nous entourent, par la vie en général, et récompensé par un travail qui donnera beaucoup de fruits. Des fruits qui nourriront le sol ou des ventres affamés. 

En ce lundi matin, juste avant de terminer ce savoureux café (préparé avec amour) qui repose sur la table de cette cuisine (décorée avec amour), au cœur de cette maison (choisie ou bâtie avec amour) implantée dans un quartier, une province, un pays (adoptés avec amour), songez à ceci : vos plus grandes réalisations, vos plus belles rencontres, vos expériences les plus extraordinaires sont celles qui ont été faites avec amour. Tout comme on reconnaît la valeur d’un pommier par l’abondance des fruits savoureux qu’il donnera, on reconnaît la valeur de chaque personne par la quantité d’amour présent dans chacun de ses gestes. 

Ne cherchez pas à donner des pommes, mais simplement de l’amour… 

Bonne semaine tout le monde! 

Jocelyne Gagné (Mésange)

4 commentaires:

  1. c'est une grande leçon de sagesse Mésange, parfois on apprécierait un petit peu de reconnaissance de cet amour !
    je te souhaite une belle semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma douce Josette, le secret c'est de ne rien attendre en retour. Pas facile, je sais... xoxo

      Supprimer
  2. Un texte plein de sagesse qui me rappelle le livre de Giono : J'ai ce que j'ai donné.
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Bonheur du Jour,
      Voilà une belle lecture à ajouter sur ma table de chevet!
      J'adore la citation... Elle dit tout!
      Merci pour ce beau partage et douce soirée! xo

      Supprimer

Pourquoi garder le silence si vos mots peuvent construire, embellir et aussi changer le monde? Exprimez-vous!

Vous aimerez peut-être:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...