mardi 15 novembre 2016

Du papier ou de la vie



Un choix difficile?
Voyons voir...






On nous dit que nous sommes à l’ère du sans-papier. Sans rire. Je pense qu’on se moque de nous. Je n’ai jamais vu autant de documents papier dans une seule pièce! Et l'aspect à ne pas négliger lorsqu’on fait du ménage dans nos documents, c’est la protection de certaines informations. On ne peut plus jeter à l’aveugle des factures, des reçus de caisse, des relevés bancaires, etc. On doit tout déchiqueter. Vraiment tout. Pourquoi? Parce que nous ne sommes pas à l’abri du vol d’identité. 

Et j'ai bien peur que, à ce rythme, le ménage de toute cette paperasse prenne une éternité à faire.

Soupirs…

Le drame n’est pas tant mes documents, mais bien ceux de mon défunt mari. Pour lui, tout était important. Tout, je vous dis. Vraiment tout. Je me sens un peu gênée de jeter ce qu’il avait si précieusement identifié, rangé, archivé. Ah! il doit en pleurer de me voir ainsi vider les tiroirs, les placards, les bibliothèques presque sans émotion. Après tout, ce n’est que du papier.
Enfin, pas tout à fait.

C’étaient des arbres auparavant. Des arbres remplis de vie.

L’émotion qui m’habite durant ce grand ménage obligé c’est la tristesse. C’est vrai, c’est affligeant de voir autant d’arbres sacrifiés pour la formalité administrative. Ben oui, on imprime au cas où l'on aurait besoin de prouver qu’on a bien reçu et payé une facture; on imprime pour nos dossiers au cas où le vérificateur passerait pour nous poser des questions sur nos transactions; on imprime en multiples copies juste au cas où l'on ne se souviendrait plus de l’endroit où  l'on a classé nos documents.

C’est désolant, je vous assure.

Mon constat? Nous avons de mauvaises habitudes.

On conteste haut et fort qu’on doit protéger nos arbres avec des pancartes dont le carton provient de la fibre naturelle des arbres. C’est un non-sens, vous ne trouvez pas?

Oui, le papier se recycle (là, on a bonne conscience, hein?). Mais pour le recycler, on pollue.

Il serait peut-être temps de changer de stratégie et de régler le problème en amont.

On est là à se plaindre que la planète se meurt, qu’il faudrait que les grandes industries de ce monde (celles dont les agents polluants ont un impact gravissime sur l’environnement et dont les effets ont une incidence sur l’accélération du réchauffement climatique) modifient leur façon de faire afin de préserver notre environnement. Et nous, que faisons-nous pour sauvegarder cette vie qui s’épanouit sous nos yeux? Que faisons-nous (individuellement parlant) pour diminuer la quantité de déchets produits quotidiennement dans notre foyer? Que faisons-nous pour ralentir le réchauffement de la planète? Peu de choses. On attend de voir ce que les autres vont faire… On se dit que notre propre contribution est tellement minime qu’elle va passer inaperçue. Donc, pourquoi s'affoler? Et notre conscience, elle, que nous dit-elle?

Les forêts (et les océans) sont les poumons de la Terre.

Sans poumons, le cœur de la vie cesse de battre.

A-t-on besoin de tant de papier pour prouver que l’on travaille fort, que l’on existe? A-t-on besoin de tant de choses autour de nous pour se sentir important?

Non. Ce ne sont pas les objets, les documents qui font en sorte que nous sommes quelqu’un. C’est notre attitude face à nous-même, face aux autres, face à notre environnement qui fait de nous des êtres importants (et conscients!) ou non. Le respect de ce que nous sommes, de la vie qui nous entoure, de ce qui nous est donné, jour après jour. Oui, la vie nous donne tout ce dont on a besoin. C’est nous qui voulons toujours plus et encore plus de ce qui finira un jour ou l’autre par nous encombrer et nous empêcher de voir l’essentiel, c’est-à-dire notre essence.

Alors voilà, je me débarrasse de ce qui m’empêche de mieux vivre, de mieux être. Je recycle, je donne, je vends en donnant une seconde vie à ce que j’ai jadis aimé et je pars du bon pied. 

Ce qui était n’a plus sa raison d’être. Je change. Les choses changent. La vie change… Alors, s’il y a moins de choses autour, il y aura aussi moins de distractions. Je pourrai me concentrer sur ce qui compte vraiment. Aimer, donner, m’émerveiller.

La paperasse? Non, merci. 

Prenons de bonnes habitudes en prenant soin de la nature non pas en recyclant le papier, le verre, le plastique, etc., mais bien en faisant des choix éclairés au départ, en répondant à la question : est-ce que j’en ai « vraiment » besoin? 

Comme moi, vous verrez; vous vous contenterez de peu. Et le peu est beaucoup plus facile à ranger, à gérer et à apprécier.

Bonne semaine tout le monde!

Jocelyne Gagné (Mésange)

P.-S. Où étais-je hier? Dans ma paperasse. Là, j’en suis sortie… Enfin presque!

4 commentaires:

  1. Si ça pouvait te rassurer je te dirais que le papier est fait à partir non pas des troncs d'arbres qui eux servent à la construction (je l'espère) mais à partir des branchages qui n'ont pas d'autres utilités sinon à être détruit... ce n'est pas le papier qui déforeste on ne parle jamais de la charpente, des meubles, des parquets, les palettes, des pieux...
    c'est si facile de culpabiliser en conditionnant l'utilisateur que les média ne s'en prive pas
    je n'ai aucun intérêt dans l'industrie forestière,je me suis juste renseignée...
    bon courage Mésange

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Josette de me rassurer.

      Certes, de plus en plus, le papier et le carton sont fabriqués à partir des sous-produits des scieries et de fibres recyclées, mais cette pratique ne couvre pas la globalité de la planète. C'est dommage!

      Tu as su voir le côté positif. Merci! Alors, j'espère que l'avenir me prouvera que j'ai tort de m'inquiéter. En attendant, je continue de faire ma part. Juste au cas.

      Il y a la déforestation pour l'extraction des sables bitumineux en Alberta, ça aussi, ça choque. Mais, au lieu de me sentir offensée, j'essaie de limiter l'utilisation de mon véhicule et de m'orienter vers le vélo ou la marche. J'évite d'acheter des produits à base de sous-produits de pétrole. C'est difficile, car le plastique est présent partout. Mais j'essaie. Et si chacun consommait moins, il y aurait diminution de la demande... C'est déjà un bon pas en avant!

      Merci encore pour tes bons mots. Merci d'être passée!

      Bonne semaine!
      Mésange xo


      Supprimer
  2. Bonjour madame Gagné,
    Je tiens à vous remercier chaleureusement pour la dédicace de vos deux livres reçus en cadeau dans le cadre d'un concours à la radio de CFNJ il y a quelques semaines. J'ai bien hâte de vous lire et ainsi mieux connaître votre univers. En tant qu'amoureuse de mots aussi, je vous invite à parcourir mon blogue où des fantaisies créatives sauront très certainement vous plaire!

    Nathalie Rondeau
    http://blogs.psychologies.com/mosaique/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Nathalie et bienvenue sur Plume d'oie! Je suis ravie d'apprendre que vous êtes l'heureuse gagnante des deux volumes. Ce sont de belles heures de lecture qui vous attendent!

      J'ai beaucoup aimé l'entrevue avec madame Bourcier. Quelle femme charmante et attachante!

      D'ici quelques jours, je vais aller explorer votre blogue; je sens que je vais découvrir de magnifiques billets.

      Merci encore pour votre charmante visite et surtout pour avoir pris le temps de m'écrire; j'en suis touchée!

      Bonne et douce semaine Nathalie!
      Mésange xo

      Supprimer

Pourquoi garder le silence si vos mots peuvent construire, embellir et aussi changer le monde? Exprimez-vous!

Vous aimerez peut-être:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...