vendredi 2 mars 2012

Sur la bonne voie...

Il y a de cela un mois, une idée m’a effleuré l’esprit. C’était presqu’une caresse, suffisamment invitant pour que je m’y attarde et que je la note dans mon carnet. Les jours passèrent et cette idée demeurait présente dans ma tête. À temps perdu ou gaspillant mon temps, je la fignolais, je la retravaillais, imaginant le scénario de sa réalisation dans les moindres détails. J’osais même croire à une aide providentielle! J’en rêvais la nuit et le jour, le jour et la nuit et ainsi de suite. Ce n’était pas une obsession mais plutôt une idée entêtante qui ne me lâchait plus d’une semelle. Chaque pensée portait en elle la présence de cette idée. Alors, la seule façon de m’en débarrasser était de passer à l’action…

Autant j’étais convaincue que mon idée était géniale autant j’hésitais à me mettre en marche. J’avais des doutes…  [Les doutes : ces importuns choisissant le moment le moins approprié pour se pointer - du contretemps à l’état pur]

Et si ça ne marchait pas? Et si je me trompais? Et si… 

De plus, un doute ne vient jamais seul. Il emmène avec lui un tas de petits copains qu’il connait plus ou moins (trouvés sur Facebook probablement) pour brouiller les cartes et du même coup nous empêcher d’échafauder ce magnifique château. Au revoir les belles tentatives d’édification, ciao le désir qui les nourrissait!

Il y a des jours où l’on aimerait développer de nouvelles idées, être créatif, faire quelque chose d’extraordinaire ou tout simplement savoir quelle route emprunter pour réaliser qui on est vraiment. En revanche, on voudrait être sûr du chemin à prendre, car au fond on n’a pas envie de se tromper juste parce qu’on n’a pas su lire les panneaux de signalisation ou parce qu’on a mal interprété ses besoins ou encore parce qu’on a écouté les autres au lieu de son cœur…  On voudrait se lancer, mais comment faire pour savoir qu’on ne fera pas fausse route?


      
Comme il serait bon d’avoir des signes d’en haut, des autres, de l’intérieur de soi, comme une voix qui se faisait entendre et qui disait : « Vas-y! C’est bon! À coup sûr, c’est la bonne chose à faire! » Eh bien non…  Il n’y a pas d’indices, ni témoins lumineux sur notre tableau de bord, pas plus que de messages sur notre répondeur et encore moins de manifestations célestes pour nous indiquer que nous sommes sur la bonne voie. La seule façon de le savoir, c’est de s’engager sur cette voie… La motivation, la détermination, l’inspiration, l’aide extérieure, les cadeaux du ciel – tout cela arrivera seulement si on se met en route.


D’ailleurs, l’important n’est pas de savoir si on est sur la bonne voie car plusieurs chemins mènent au même endroit mais plutôt de s’embarquer et d’avoir confiance malgré le fait que souvent le chemin se dessine au fur et à mesure et que si on ne se met pas en mouvement dès maintenant, on ira nulle part…

La bonne voie c’est laquelle?


Celle qu’on aura choisie…

Mésange

9 commentaires:

  1. Je te suis tout à fait sur cette voie-là. On n'a a perdre que ce qu'on n'a pas essayé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou encore: "You miss 100% of the shots you don't take." - Wayne Gretzky

      Merci Amartia... je t'imagine très bien sur "cette voie-là"!

      Bonne fin de journée!

      Supprimer
  2. On dit que c'est le premier pas qui coûte... Alors courage, faisons ce premier pas, même si la route risque d'être semée d'embûches... Elle sera aussi la source de belles surprises. Elle sera un enrichissement, car elle sera nourrie de nos rêves et de nos désirs...
    Ose, Mésange et suis la voie qui est la tienne...
    Bisous et bonne fin de journée à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que tes mots font du bien à lire - c'est une véritable musique pour l'âme! Tu as raison chère Oxy, oser c'est ça le secret de la vie! Et ça me rappelle les paroles de Jean-Pierre Ferland (Chanson: Avant de m'assagir):

      "Je ne veux rien savoir
      Je ne veux rien comprendre
      Je veux recommencer
      Je veux voir, je veux prendre
      Il sera toujours temps
      Et jamais assez tard
      D'accrocher ses patins
      D'éteindre son regard
      Je ne veux pas survivre
      Je ne veux pas subir
      Je veux prendre mon temps
      Me trouver, m'affranchir
      Me tromper de bateau
      De pays ou de port
      Et bien mourir ma vie
      Et non vivre ma mort"

      Merci ma belle Oxy et je vais oser... je vais mettre ma belle idée à exécution et on verra bien ce que cela va donner!

      Bisous xxx

      Supprimer
    2. Merci pour ce beau texte Mésange et bonne chance à ta belle idée :-)
      Bisous

      Supprimer
  3. Très belle réflexion Mésange. Il est vrai qu'il n'est pas toujours aisé de se décider, mais en même temps si on ne se jette pas à l'eau on ne peut connaître ses sensations.

    Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Yanis,
      J'avais oublié cette belle expression "se jeter à l'eau" et comme elle en dit long sur son message: s'élancer vers l'inconnu, s'abandonner à la vie, faire confiance et "vivre" - vivre cette expérience jusqu'à connaître et à reconnaître ses sensations.

      Merci Yanis pour cette merveilleuse plongée qui n'exige qu'une chose: du courage! Alors, soyons brave et sautons!

      Supprimer
    2. Pour apprendre à nager dans cette vie torrentielle!

      Supprimer
  4. Chère Lydie,

    C'est vrai que la vie est une eau totalement déchaînée mais elle peut aussi avoir ces moments de calme où l'on peut se reposer en se laissant flotter, supporté par les doux mouvements de l'onde. Tu as raison, on n'a pas le choix: il faut apprendre à nager sinon on va couler...

    Merci et bienvenue Lydie!

    Passe une excellente journée!

    RépondreSupprimer

Pourquoi garder le silence si vos mots peuvent construire, embellir et aussi changer le monde? Exprimez-vous!

Vous aimerez peut-être:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...