lundi 8 décembre 2014

La dernière requête

Sur le banc d’une église,
Un homme repose.
Il espère la miséricorde.

Le poids de la fatigue
Pèse sur son âge,
Les remords sur son âme.

Le silence écoute.
Les flammes s’immobilisent.
Et le doux murmure de la prière
Se fait entendre.

Voilà que le premier grain du chapelet glisse entre ses doigts…

L’homme prie pour lui,
Pour la santé qui le fuit,
Lasse de ce corps.

Il souhaite l’indulgence
Pour ses faiblesses,
Pour ses forces mal déployées.

Il regarde ses mains
Usées et desséchées,
Par tant d’heures travaillées,
Par manque de solidarité.

Et les grains du chapelet roulent entre ses doigts…

L’homme demande pardon
Pour ses hiers mal vécus,
Pour tout ce temps perdu.

Il implore un sursis,
Une seconde chance
Que seul le ciel pourra lui accorder.

Derrière l’écho de pas perdus
Et le bruit des portes qui se referment,
Il tend l’oreille.
Il n’y a que le silence.

Et les grains du chapelet reposent entre ses doigts…

Dans son cœur
Il sent une présence,
Une étrange douceur.

Il le sait :
Il n’aura ni sursis
Ni seconde chance.

Ses hiers resteront ainsi,
Ses demains incertains,
Sans garantie de jours meilleurs.
Et pourtant quelque chose a changé.

Dans le silence de son cœur,
L'homme a trouvé le pardon
Et enfin, la paix de l’esprit.

- Jocelyne Gagné



4 commentaires:

  1. Quand le recueillement apporte l'apaisement Jocelyne, se rendre compte que les choix pris étaient les meilleurs que l'on pouvait au moment où on les a fait...bien sur avec le temps les regrets arrivent mais toujours on a agit pour ce qu'on croyait le mieux.
    je souhaite à cet homme de garder la paix de son cœur
    je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Josette, il y a beaucoup de sagesse dans ces quelques lignes... Ce sont des mots à méditer, des vérités à faire descendre dans son coeur.

      Merci pour ce partage qui fait toujours tant de bien.
      Je t'embrasse xox

      Supprimer
  2. parfois pesant
    par la prière le silence
    devient présence

    sur sa vie
    l'homme s'est arrêté
    dès lors
    Dieu ne peut que l'écouter...

    Bien amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre poésie, cher Yanis, porte en elle une douceur incomparable. Et le plus beau dans tout cela? On ne peut rester insensible à la beauté de son message.

      Merci pour votre passage qui illumine d'un trait de plume mon quotidien! Bonne soirée Yanis xo

      Supprimer

Pourquoi garder le silence si vos mots peuvent construire, embellir et aussi changer le monde? Exprimez-vous!

Vous aimerez peut-être:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...