lundi 21 mai 2012

3e lundi de mai 2012


[Photographie tirée de Dreamstime]
Café du matin

Des mots que je croyais perdus dans les dédalles de mes souvenirs, échappés dans ma course folle contre la montre, banalement oubliés à la croisée des chemins, voilà que je les retrouve inscrits sur une carte postale au fond d’une vieille boîte à chaussures. L’image d’autrefois porte la poussière des ans, la lumière des doux instants et ces quelques mots écrits au verso bouleversent mon cœur car ils me rappellent ces longs moments de solitude remplis par une correspondance assidue, où l’amour était écrit et lu, où les mots comptaient plus que tout le reste…

Ces mots oubliés, « tu me manques », accompagnés de quelques baisers me font réaliser qu’aujourd’hui, je ne souffre plus de l’absence car celui que j’aime est là à mes côtés, travaillant le jour avec moi, partageant ses moments de détente le soir venu… C’est un bonheur de tous les jours. Avec le temps, les mots écrits se sont transformés en gestes tendres, en paroles réconfortantes, en doux soupirs. Les mots d’hier portent de nouvelles parures.

Mais où vont les mots oubliés? Chez vous, chez moi, ailleurs, et un jour on tombe par hasard sur eux et les souvenirs qui s’y rattachent nous reviennent. Des mots soufflés, échangés, confiés, lâchés, ramassés, usés ou brisés, mais ceux dont on se souvient le plus ce sont ceux qu’on a retrouvés.

En ce lundi matin, servez-vous une deuxième tasse de café et réfléchissez aux mots oubliés par choix ou par inadvertance et demandez-vous ce qu’ils sont devenus. Peut-être les trouverez-vous dans une vieille boîte à souvenirs, au dos d’une photo, sous la couverture d’un livre, sur un mouchoir brodé ou dans le poème d’un ami. Peut-être sont-ils simplement gravés sur votre cœur attendant votre visite…

Oubliés ou non, les mots voyagent et transportent avec eux un peu de vous, un peu de moi, un peu de notre histoire – ce sont des mots porteurs de vie.

Bonne et belle semaine!

Mésange

6 commentaires:

  1. Vous aussi, vous gardez ces mots d'autant plus précieux qu'à l'heure des courriels ils se font rares. Une lettre est maintenant, plus que jamais, un véritable cadeau. Votre témoignage est très émouvant. Continuons à écrire, à échanger des mots d'amour, de tendresse, d'amitié, pour que la vitesse et l'utilitaire n'obtiennent pas gain de cause. D'ailleurs, lorsqu'on a parfois un peu de mal à parler, par timidité ou pudeur, n'est-il pas plus facile d'écrire ce qu'on ressent?
    Bonne semaine, avec de jolies missives délicates, Mésange!
    Anne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Anne, il est vrai que la vitesse tue… Elle assassine l’inspiration, le temps de bien faire les choses, le voyage en profondeur vers la découverte de soi et des autres. Trop vite et si fugace est l’écriture d’aujourd’hui. Quelqu’un a dit : « au moment où on commence à cogiter sur une invention ou une innovation que déjà elle existe! » C'est un peu fou n'est-ce pas?

      Trop vite et si impersonnel. Les textes doivent être courts si on souhaite être lu en totalité, on doit aller à l’essentiel sans mots superflus… Que fait-on de la dentelle qui rend la prose si belle à lire? Que fait-on des nuances qui rendent un texte si touchant, si profond? Nous sommes rendus à l’ère de la vitesse ou plutôt à l’ère de la quantité, l’ère de la surconsommation d’information vide d’information.

      Et l’écriture n’est-elle pas un moyen de livrer quelque chose, de « se délivrer »? Pas facile quand les mots sont comptés, quand le lectorat manque de temps!

      Comme vous, je garde ces mots qui pourraient se perdre dans la foulée. Des mots riches de sens, des mots qui ont forgés des souvenirs, des mots qui sont encore capable de nous soulager des maux…

      Merci chère Anne – vos propos touchent mon cœur et donnent à ma plume l’envie d’écrire encore et encore. Merci xxooo

      Supprimer
  2. Chère Mésange

    Ton papier comme on dit se lit comme un poème qui coule en nous après avoir recueilli ces mots oubliés qui renaissent sous ta tendre plume.

    Très chaleureusement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Yanis, vos mots sont doux pour le coeur et bons pour l'âme... Ils m'apportent réconfort dans mes instants de doute. Merci pour cette grande générosité.

      Affectueusement

      Supprimer
  3. Parfois je me demande ce que deviendront ces mots-ci, ceux que nous laissons sur la toile.. sans support papier, cette créativité multiple et quotidienne survivra-t-elle au temps?Aurons encore des souvenirs de nos échanges d'aujourd'hui dans 10 ou 20 ans?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Malyss, le virtuel a du bon et du moins bons. À nous de noter les mots, les phrases qui ont impact sur notre vision du monde. À nous, d'immortaliser ces mots plein de "devenir".

      Et pourquoi consigner uniquement les propos d'illustres personnages? Chacun d'entre nous a une voix qui lui est propre, une voix porteuse de messages sensés, réfléchis et profonds qui méritent d'être écrits et lus.

      Aurons-nous encore des souvenirs dans 10 ou 20 ans? J'en suis sûre!

      Bisous chère Malyss et merci de nous rappeler l'importance de conserver "la créativité" sur papier!

      Supprimer

Pourquoi garder le silence si vos mots peuvent construire, embellir et aussi changer le monde? Exprimez-vous!

Vous aimerez peut-être:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...